Site de Xavier Ducros
Accueil > Treks et randonnées > France > Randonnées dans les Pyrénées > Luchonnais > Pics Bacanère, de la Hage et Burat

Pics Bacanère, de la Hage et Burat

lundi 18 avril 2011, par Xavier Ducros

Contrat Creative Commons

Randonnée sur la crête frontière permettant de faire les pics de Bacanère (2193 m), de la Hage (2165 m) et Burat (2154 m). Elle offre une vue splendide (encore plus en hiver !) sur la Maladeta, l’Aneto et les sommets du Luchonnais. Elle peut se faire en été, mais aussi l’hiver en raquettes. En post-scriptum, je vous propose également une idée de bivouac !

La carte interactive est en bas de page.


Photos


Renseignements pratiques

- Durée : 5h30 aller-retour pour le pic de Bacanère, 7h pour la rando entière (cf. topo)
- Carte interactive en bas de page
- Carte IGN 1848 OT (top 25)
- Départ : à l’entrée de Bagnères de Luchon prendre la D 46 jusqu’à Sode, puis continuer jusqu’au parking avant l’entrée du village d’Artigue.


Difficultés

En été, cette rando est accessible aux bons marcheurs (capables de faire un peu plus de 1000 m de dénivelé), par beau temps, et en l’absence de neige. En hiver, rando à n’entreprendre que dans de bonnes conditions météorologiques (consulter le bulletin neige de météo france avant de partir), et par une personne habituée à randonner dans la neige. Autrement, pas de difficulté technique particulière pour une personne habituée aux raquettes.


Itinéraire

Traverser le village d’Artigue 1224 m, puis prendre le GR10 (balisé en rouge en blanc) sur une piste qui monte vers le nord-est. Il longe la forêt des Cygalères, et mène en 1h15 environ à la cabane de Saunères (1660 m). Deux itinéraires permettent de rejoindre le plan de Montmajou (1947 m) en 45 min : le premier, plus raide, passe par la crête Serrat de Crèspés, et le second suit un chemin d’exploitation (on pourra varier à l’aller et au retour). On laisse la cabane de Peyrehitte en contrebas, et on poursuit le chemin vers le nord. A 1924 m il y a une petite source, et le sentier (variante du GR10) monte vers le nord est. Il amène au col des Taons de Bacanère (1976 m). Il suffit alors de suivre la crête frontière (qui n’a rien de vertigineux, il y a beaucoup de place !). Le pic de Bacanère (2193 m) est au niveau de la borne n°401 ; compter environ 3h sans forcer pour l’atteindre. Ce pic peut constituer un objectif pour les moins habitués à la marche (compter alors 2h à 2h30 pour le retour), mais les autres pourront poursuivre la crête.

En poursuivant la crête, on passe par un col (borne n°404), puis une petite montée amène au pic de la Hage (2165 m ; borne n°406) en une bonne demi-heure. La frontière part alors vers l’Est, mais il faut suivre le sentier à l’ouest, passant par le col d’Esclot d’Aou, et qui amène au pic Burat (2154 m) par la crête de Cigalères en 20-25 min depuis le pic de la Hage.

Pour le retour, il est possible de suivre le même itinéraire (la vue est tellement belle !), ou de passer plus bas (à l’ouest) par le GR10 (cf. carte IGN ; GR balisé en rouge et blanc). Personnellement je préfère repasser par la crête pour profiter de la vue, d’autant qu’au retour on est face à ces paysages magnifiques.


Carte interactive

Le tracé est donné à titre indicatif ; il ne remplace pas une bonne préparation et l’utilisation d’une carte ign.

P.-S.

Petite suggestion ;-) pour les plus habitués, et les moins frileux : un bivouac du côté du Plan de Montmajou, ou sur les crêtes (mais c’est venté), permet de profiter des sommets enneigés avec des couleurs splendides au coucher et au réveil ! Je vous le conseille plutôt au printemps (date à choisir suivant l’année) : il fait moins froid qu’en plein hiver et les sommets sont encore bien enneigés ; en été il y a des troupeaux donc ce n’est pas trop possible. Attention toutefois, bivouaquer à 2000m au printemps nécessite d’être bien habitué : il y a encore de la neige et il peut geler fort le matin ! A n’entreprendre que si vous avez déjà l’habitude des bivouacs en altitude en été, et en étant bien équipé contre le froid. Je l’ai testé récemment dans des conditions douces pour la saison (mi-avril 2011) : il n’y a presque pas de neige en-dessous de 2100m et il faisait environ -5°C au réveil à 2000m ; néanmoins les sommets au sud étaient encore bien enneigés, et la vue depuis mon duvet était vraiment splendide !

<form3>


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette