Site de Xavier Ducros
Accueil > Faune, flore et phénomènes naturels > La flore du Groenland

La flore du Groenland

samedi 28 août 2010, par Xavier Ducros

Contrat Creative Commons

Notre périple dans la terre de Liverpool (côte Est du Groenland) a été l’occasion de découvrir le Groenland, que l’on imagine souvent comme un grand désert blanc. C’est le cas sur l’inlandsis (qui recouvre 90% de la surface du pays), mais sur la côte (où se trouvent d’ailleurs les seuls villages inuits), la vie est belle et bien présente ! Certes, cela reste discret, mais pour qui sait observer, de belles choses s’y trouvent, et des plantes arrivent à s’épanouir pendant les courts mois d’été (juillet-août essentiellement). Les fleurs apparaissent fin juin, début juillet, et à partir du mois d’août, on peut considérer que c’est l’automne ! La flore a donc dû trouver des moyens particuliers pour s’adapter à ce climat rigoureux, mais aussi à un sol particulier : seule une mince couche d’environ 1 m, appelée mollisol, dégèle en été, et le pergélisol (sous-sol gelé en permanence) est donc juste à un mètre sous la surface !


La flore est typique de la toundra : essentiellement végétation basse et lichens. On y trouve même des saules et des bouleaux, mais nains !

JPEG - 83.7 ko
Epilobe à feuilles larges
JPEG - 160.6 ko
Silène acaule
JPEG - 93.4 ko
Pavot arctique
JPEG - 202.2 ko
Dryade arctique

L’épilobe à feuilles larges (chamerion latifolium) est une plante arctique emblème du Groenland : son nom groenlandais est "niviarsiaq" ce qui signifie "petite fille". Elle est totalement comestible (bouillie, en infusion, etc.) et on la trouve un peu partout sur la côte ; les inuits s’en serviraient dans leur alimentation (est-ce encore le cas ?).

La silène acaule (silene acaulis) est également très fréquente sur les sols rocailleux calcaires, les éboulis humides, etc. On la trouve aussi très fréquemment dans les Alpes calcaires.

Le pavot arctique (papaver lapponicum) fait partie des fleurs visibles en s’éloignant un peu de la côte : il peut se trouver jusqu’à une latitude de 83°40 N (sur l’île de Kaffeklubben), ce qui en fait une des plantes les plus septentrionales du monde (avec la saxifrage à feuilles opposées, trouvée sur la même île). Cette fleur suit le soleil dans son mouvement afin de récupérer le maximum d’énergie solaire. La fleur peut avoir deux couleurs : dans les régions très ensoleillées, une partie de l’énergie solaire sert au métabolisme et l’excédent permet la pigmentation des pétales en jaune ; si l’énergie solaire n’est pas excédentaire, les pétales sont blancs.

La dryade arctique (dryas integrifolia) est une plante très ramifiée, formant comme un tapis, qui vit dans les zones rocailleuses, les éboulis, etc.. Elle est proche de la dryade à 8 pétales (aussi appelée chênette ou herbe-aux-cerfs ; dryas octopetala), fréquente en montagne (Alpes, Pyrénées, etc.) et que l’on trouve entre 1000 et 2500 m d’altitude, plutôt sur des sols calcaires. Dans les Alpes, on l’appelle parfois thé suisse car elle sert à confectionner des tisanes. Notons qu’elle a donné son nom aux périodes géologique du Dryas (du dernier refroidissement à la fin de la dernière glaciation) du fait du nombre important de pollens trouvés dans les tourbières formées à cette époque ; elle serait ainsi une des premières plantes à fleur à "recoloniser" les éboulis libérés par les glaciers après une glaciation.

Le saule arctique (salix arctica) est un petit arbuste (au plus 15 cm de haut), rampant, que l’on peut observer un peu partout près de la côte, ou à basse altitude. Il est typique des zones rocheuses ou des toundras arctiques. Il sert d’aliment aux boeufs musqués, rennes et lièvres arctiques. Les chatons "éclosent" dès que la température remonte (fin juin-début juillet) et permettent la reproduction. Les poils qui les recouvrent permettent à l’intérieur d’avoir une température supérieure de quelques degrés à celle de l’extérieur.

Le bouleau nain (betula nana) se trouve dans des zones d’altitude intermédiaire, légèrement tourbeuses. C’est un arbrisseau qui ne dépasse pas quelques dizaines de centimètres de haut. Ses petites feuilles (caduques) brillantes et dentelées le rendent très facile à reconnaître. C’est le végétal ligneux vivant le plus au nord.

JPEG - 188.6 ko
Saule arctique
JPEG - 164.3 ko
Saule arctique et chatons
JPEG - 231.9 ko
Bouleau nain
JPEG - 117.4 ko
Bouleau nain

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette